Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Marc Fiorentino : Pour tout l’or du monde

Pour tout l’or du monde de Marc Fiorentino    4/5 (27-09-2010)

 

 

J’avoue qu’à la réception du livre j’étais un peu sceptique : un roman sur l’économie…moi qui a toujours été étrangère au monde de la finance ! Et bien finalement c’est avec un grand plaisir que j’ai lu ce livre et je remercie chaudement les Editions France Loisirs de m’avoir envoyé cette sympathique découverte : Pour tout l’or du monde (414 pages), sorti chez Robert Laffont le 7 janvier 2010.

 

  

 

L’histoire (éditeur) :

 

Il a plus souvent été du côté des « ours et des taureaux qui prennent un malin plaisir à dépecer le mouton »... Et pourtant, en plein cœur de la crise financière, Sam Ventura, le héros d'Un trader ne meurt jamais, se retrouve lui aussi victime de Bernoff, l' «escroc du siècle». Son associé se suicide en lui laissant un étrange testament : « J'ai une certitude : Bernoff n'est qu'un pion. Il y a quelqu'un derrière lui, une main assassine qui va ressurgir pour lancer une attaque massive. Les 40 milliards ne se sont pas envolés. Quelqu'un les a volés. Et va les utiliser. Ce sera sanglant. Tu dois tout faire pour empêcher que cela se produise.» Sam va donc, de proie, redevenir chasseur. Entouré d'une équipe de choc - un jeune trader bourré d'ambitions et d'intuitions (comme lui vingt ans plus tôt), une supercrack en informatique, un des journalistes d'investigation du Watergate et sa vieille complice Sunee, financière surdouée retirée des marchés -, Sam réussira-t-il cette mission impossible : démanteler à temps la plus grosse manipulation financière de l'histoire qui, en ruinant la première puissance mondiale et ses alliés, plongerait le monde entier dans un chaos sans précédent ? Le compte à rebours est enclenché...

 

Mon avis :

 

Pour tout l’or du monde est un roman captivant (c’est un bon thriller financier) et très intéressant (basé sur un thème d’actualité). L’auteur fait grimper la tension jusqu’aux dernières lignes, impossible de lâcher le roman avant de l’avoir fini, car au-delà de l’intrigue économique très bien ficelée, Marc Fiorentino a également créé un suspens autour de son personnage principal Sam Ventura qui vit les derniers jours de sa vie. L’histoire se met en place doucement et l’action débute réellement lorsque Sam prend les choses en mains et se fixe une ultime mission : il se laisse 79 jours pour réussir à trouver qui se cache derrière cette fraude, tenter de la contrer, récupérer l’argent volé et enfin mettre fin à sa vie.


Ecrit comme un compte à rebours : chaque chapitre passé est une journée écoulée dans le décompte que s’est fixé le personnage pour mener à bien son enquête jusqu’à son suicide programmé au 30 juin. Les pages défilent et le livre est rapidement refermé. Les chapitres sont plutôt courts et le mélanges entre récit et dialogues est bien dosé. Outre l’histoire principale très bien ficelée, les personnages sont également attachants, grâce à leur dimension humaine que Marc Fiorentino a très bien mise en valeur. Des histoires simples d’amour entre certains personnages, et d‘un homme envers son père agrémentent le texte et lui apportent une touche rassurante. Tout cela permet de lire plus facilement ce récit au sujet politico-financier très particulier, auquel tout le monde n’adhère pas forcément.

 

De plus, bien que traitant d’un sujet très ardu, l’auteur donne les clés pour comprendre ce roman et aussi les enjeux financiers de l’actualité. Marc Fiorentino (ex-trader lui-même et banquier) a su avec brio insérer dans son récit des explications claires pour permettre aux lecteurs d’appréhender les mécanismes complexes des marchés financiers. Ce livre est un bon moyen de comprendre la crise financière actuelle tout en passant un bon moment. Où est la réalité, où est la fiction, difficile à dire car le va-et-vient entre les deux est constant et permet au récit romancé de s’inscrire parfaitement dans la réalité (la contraction de Bernard Madoff devient l’affaire « Bernoff »). Le texte est finalement simple et très instructif, et on le suit avec intérêt jusqu’aux dernières pages.

 

Pour info, la version  poche (376 pages) est également disponible depuis le 20 janvier 2011 chez Pocket dans la collection Policier / thriller.



22/02/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres