Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Isabelle Alonso : Je peux me passer de l'aube

Je peux me passer de l'aube d’Isabelle Alonso     3,75/5 (24-10-2017)

 

Je peux me passer de l'aube (301 pages) est sorti le 7 septembre 2017 aux Editions Héloïse d'Ormesson.

 

3.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Juillet 39. La guerre d'Espagne est officiellement finie. Angel Alcalà Llach, 16 ans, rentre chez lui. Après dix mois au front et quatre au camp de Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), il croit retrouver les siens. Mais rien ne se passe comme prévu. L'Espagne franquiste est une prison à ciel ouvert et Angel ne sera finalement relâché qu'après un an de travaux forcés. Il rejoint enfin sa famille en juillet 1940 tandis que la répression fait rage. Il doit alors s'adapter à un monde inconcevable pour lui : sans droits, sans liberté, où tout devient risque, et où tout risque est mortel. Il choisit de continuer la lutte, et entre en résistance. Malgré la portée modeste de leurs actions, ses camarades vont colorer ces années de violence de toutes les teintes de l'espoir et de l'amitié. 
En avril 44, son refus du service militaire le contraint à la clandestinité. Il rejoint Madrid. Les Alliés vont gagner la guerre, balayer Franco... Des temps nouveaux s'annoncent. La République va revenir, c'est sûr...

 

Mon avis :

 

1er juillet 1939, Gelin, 16 ans, fait partie de la trentaine d’hommes, prisonniers du camp de Saint Cyprien qui ont choisi de rentrer en Espagne une fois la guerre d’Espagne officiellement finie. Après 10 mois dans l’armée populaire et 4 passés en détention dans le camp français,  Angel Alcalà Llach espère bien retrouver les siens. Mais, son pays tombé entre les mains des nationalistes, la fin de la guerre civile est désormais synonyme de dictature franquiste, et Gelin va devoir prendre son mal en patience avant de retrouver sa famille, contraint  d’intégrer un bataillon de travailleurs (chargé de reconstruire le pays) durant une année, jusqu’à ce qu’in télégramme annonce la mort de son père et qu’il soit libéré.

Son retour auprès de sa mère sera pour lui l’occasion de constater la terrible réalité de son pays faite de misère, d’arrestations et exécutions arbitraires et l’obligation de suivre les règles imposées par l’église et l’armée.   Impossible pour ce « rouge » de rester et subir…

 

« Les porteurs de mort sont en train de gagner la baille. Il n’y en aura plus d’autre. La planète entière est en train de s’anéantir. Avec notre pauvre Espagne en éclaireuse. » Page 224

 

Les textes sur l’après-guerre espagnole ne sont pas nombreux, ou ne sont peut-être pas simplement assez mis en avant. Du coup, ce très beau roman d’Isabelle Alonso, qui a choisi de continuer à évoquer l’histoire de son père (faisant suite à Je mourrai une autre fois), permet de découvrir ces années sombres de dictature espagnole.  Pour autant, elle ne s’étale pas dans un récit fourmillant de détails historique précis et encore moins dans des descriptions glauques de tortures ou d’arrestations. Il s’agit avant tout de nous transporter dans un contexte difficile marqué par la peur mais aussi dans un état d’esprit : celui du combat et de l’espoir, même si ce dernier a été parfois difficile à conserver.

 

« Je me couche par terre, je regarde le ciel. Si j’avais quelque chose à lire et l’estomac moins creux, je trouverais mon sort presque enviable. »  Page 50

 

« L’années 41 a-t-elle été plus navrante que désolante ? Plus affligeante que déprimante ? On peut accumuler les synonymes, ils conviennent tous. Tous les adjectifs de la misère et de l’indigence collent  cette suite de jours décolorés. (…) On se prend presque à regretter les années de guerre ouverte, brûlantes, explosives, qui laissaient une petit place, même infinitésimale, à l’espoir.

On finit l’année l’estomac vide et le cœur en berne. L’horizon ne se contente pus de s’éloigner il a sombré. Disparu. » page 225

 

Avec juste ce qu’il faut de précisions et d’explications, elle nous plonge totalement dans cette époque de franquisme (en plein guerre mondiale).  En ne noyant pas lecteur dans un récit encyclopédique, elle permet ainsi de se sentir proche du personnage principal que l’on suit avec un fort attachement. Sans mérite ni bravoure exceptionnels, Gelin est un très jeune homme qui refuse simplement d’attendre que ça passe et qui choisit de se battre à son échelle contre le fascisme. On sent l’espoir omniprésent et la lecture en est que plus agréable.

 

 « Notre pitance est rarement appétissante, souvent à moitié rance, porte des traces d’humidité et semble avoir été morcelée plusieurs jours avants. Nous la mangeons quand même, la faim est une épices d’une imbattable efficacité. » Page 26

 

« J’ai 20 ans, il parait que c’est la plus belle année de ma vie. Que je dois en profiter ? C’est ce que me dit Nena. Elle me raconte ses 20 ans à elle, ici même, à Valencia, les fêtes, les sorties, les spectacles, juste avant son mariage. Je sais que quand elle se lance dans ces description c’est d’abord à elle-même qu’elle s’adresse. Ses souvenirs l’aident à vivre. A tenir, elle aussi. A attendre les jours meilleurs. »page 251

 

Isabelle Alonso a su parfaitement dosé les émotions. Avec des mots simples, exempt de misérabilisme, elle choisit de parler d’un passage assez sombre de l’histoire espagnole dans un style assez sobre finalement, et c’est je crois que qui m’a le plus plu. elle ne tombe pas dans la facilité et ne cherche surtout pas à nous émouvoir ou nous choque outre mesure. Elle raconte simplement mais aussi avec drôlerie, poésie, lucidité et beaucoup d’intelligence. Ça suffit à rendre son récit passionnant et si prenant. C’est finalement un bel hommage à son papa et à ces « Rojos » qui ont choisi de croire en la République.

 

« Je n’aurais jamais imaginé ce que je vois de mes yeux : la compétition entre prisonniers. Je constate les ravages du manque d’éducation allié à l’absence  de conscience politique. La République ‘a pas eu le temps d’élever le peuple, l’élever au sens propre, le poser plus haut sur étagère de la compréhension du monde. » Page 49

 

« Heureusement, l’avril valencien, merveille du monde, éclate au coin des rues, dans chaque atome du vent. Il n’en a rien à faire du pioro verde, maladie de carence qui tue tous les jours, ni des queues au marché noir, ni de la peur des arrestations, ni de l’invincibilité de l’Axe et ses accablantes victoires quotidiennes. Le renouveau éclate, l’air se parfume, le rendez-vous des petites fleurs, des petites feuilles, des petites bêtes, porte en lui la joie de vivre, juste vivre, comme ça, pour rien, sans rien chercher d’autre, la vie comme un moineau se gorgeant d’une goutte d’eau. Valencia a le bon goût d’être posée sur la côte. Fidèles, immuables et lumineux, gratuits et amicaux aux pauvres, disponibles et illimités, pour pas un duro, le printemps et la mer célèbrent leur fiançailles, une fois encore, une fois de plus. » page 236

 

A découvrir si vous voulez en savoir plus sur les années de fascisme espagnol ou tout simplement pour passer un bon moment entre les mots doux et lumineux  d’Isabelle Alonso.

 

« Andrès distille la tranquillité comme d’autres de l’agressivité, de l’angoisse ou du mépris. Il parle et tout devient limpide. C’est le grand cautérisateur. Il ne sert à rien de s’inquiéter avant l’heure. Autant se rendre utile en attendant les grands jours qui s’annoncent a retour de la République. » Page 266

 



26/10/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 260 autres membres