Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Geoffrey Bidaut : Bad Swimmers 1, Le lac des cieux

Bad Swimmers 1, Le lac des cieux de Geoffrey Bidaut 3/5

 

Bad Swimmers 1, Le lac des cieux (392 pages) est disponible en version numérique chez HQN, Edition Harlequin depuis le 18 mars 2013.

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

Ils sont six et mènent des vies d’adolescents plutôt banales. Dans les couloirs du lycée du Lac des Cieux, ils s’aiment, se détestent, s’aident, se trahissent... Mais lorsque leur professeur de français, haï de tous, est brutalement assassiné, tous sont suspects. Et chacun a ses raisons pour se mêler de l’enquête : prouver son innocence, en tirer profit, ou tout simplement éviter d’être le prochain cadavre sur la liste…

 

Mon avis :

 

Bad Swimmers est un premier roman pas mal. Classé thriller YAL, c’est effectivement un roman qui, par son histoire, ses personnages et sa narration, s’adresse à un public correspondant d’avantage aux protagonistes. On est complètement dans une intrigue d’ado (dans laquelle j’ai d’ailleurs trouvé les adultes trop peu présents).

 

Deux ans après la mort par noyade d’une jeune femme, on suit (plus particulièrement) six adolescents durant leur dernière année de lycée. Cette année, plutôt décisive pour leur avenir, se révèle bien vite dramatique. Après la mort abominable de leur professeur de Lettres, ce sont les étudiants qui sont menacés, attaqués et tués. Qui peut laisser ces étranges messages où il est question de mauvais nageurs, et surtout qui est responsable de ces crimes atroces ? Les six jeunes mènent l’enquête (à leur manière).

On se doute bien que le premier chapitre restant assez énigmatique sert de déclencheur à l’intrigue qui suit et, que cette première mort aura tôt ou tard (bon ici c’est assez tard) sa justification. Tenu en haleine jusqu’au bout, le lecteur s’embarque dans cette histoire sans bien comprendre le pourquoi du comment. L’auteur a bien joué avec le suspense et son dénouent reste une très grosse surprise. C’est d’ailleurs marrant car le film Scream est évoqué brièvement dans l’histoire et c’est, une fois ma lecture terminée, la première chose qui m’est venue à l’esprit. Il y a énormément de points de comparaison avec ce film : les personnages  jeunes et dynamique, la violence des crimes, la pression qui s’abat sur un groupe en particuliers (comme traqué par un psychopathe) et enfin le coup de théâtre final. Pour ceux qui ont aimé ce film, je pense que c’est une livre qui vous plaira.

J’en profite pour soulever un autre point important: l’auteur livre des descriptions de meurtres assez sanglantes. C’est même carrément gore par moment. Même si c’est loin d’être un détail qui me dérange, je pense que ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde, alors je tiens à le préciser. C’est ado mais c’est parfois trash !

 

L’ensemble est pas mal écrit, même s'il y a quelques longueurs passagères. L’idée est intéressante et l’enquête change de ce qu’on lit habituellement. On avance bien et, même si je ne me suis attachée à aucun des jeunes (trop stéréotypés à mon goût, entre le sportif, le bad boy, la peste, la p’tite nouvelle belle et gentille, la voisine envahissante, le looser…) j’ai pris un certain plaisir à les suivre. Toutes les références (axées années 90) musicales et TV m’ont bien parlé.  Je me suis bien retrouvée dans mes années lycée.

 

Par contre, je dois dire que certaines choses m’ont vraiment gênée. Pour commencer, l’étalage incessant de marques. Etait-il indispensable de connaître la marque du jean, du t-shirt ou bien du parfum que porte untel ? C’était un peu trop, peut être…. Autre chose, le manque de crédibilité concernant quelques points : un tueur en série court et trucide prof et jeunes mais les cours continuent, la police trop effacée, la panique qui n’est pas à la hauteur des événements, et enfin des parents qui laissent seule leur gosse à la maison (pas juste une semaine…) sous prétexte qu’avec les tragédies qui arrivent il ne faut pas qu’elle perde ses repères…Non mais allo, il y a un fou furieux qui rode et qui tue tes amis et tes parents t’abandonne, non mais allo, quoi !!!!!

 

Mise à part ces deux trois petites choses qui n’altère pas vraiment l’intrigue (suis-je trop pointilleuse…), Bad Swimmers 1, le lac des cieux est une bonne lecture, qui mélange les histoires d’ado (amours, coups bas, exams…) à une intrigue de tueur en série. Geoffrey Bidaut a choisi de conduire la narration à travers le point de vue de 6 personnages. Ce sont donc 6 lycéens qui racontent à tour de rôle ce qu’ils vivent. Cette narration dynamique donne une vision moins rétrécie des faits (sans être une vision globale) et permet de mener aisément le lecteur en bateau. Vous avez des doutes, mais ne savez jamais vraiment qui est le coupable car ils sont finalement tous un peu suspects.

C’est bien joué !



07/05/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 281 autres membres