Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Marc Levy : La dernière des Stanfield

La dernière des Stanfield de Marc Levy 3,75/5 (14-04-2017)

 

La dernière des Stanfield sort le 20 avril 2017 aux Editions Robert Laffont/ Versilio

 

1.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Ma vie a changé un matin alors que j'ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m'apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
L'auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m'ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.
J'avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l'été s'achevait et j'étais encore loin d'avoir fait mon deuil.
Qu'auriez-vous fait à ma place ?
Probablement la même erreur que moi.

 

Mon avis :

 

Ouvrir un Marc Levy c'est avoir la certitude de se plonger dans une lecture fluide, entraînante et, quand tout va bien, addictive et passionnante.

La dernière des Stanfield a ces qualités-ci, même si j'ai trouvé quand même qu'il manquait d'émotions fortes. J’aurais aimé un suspens plus dense dans certains passages, un attachement un peu plus profond aux personnages, avoir quelques palpitations face à ce qu’ils vivaient et qu'il me fasse chavirer le cœur.  Ça n'a pas été le cas mais j'ai toutefois passé un agréable moment et cette lecture s'est révélée extrêmement intéressante.

 

Eleanor-Rigby Donovan a grandi dans une famille un peu folle et unie, aux côtés de son frère jumeau Michel, atteint du syndrome d’Asperger (sans que le pronostic n’ait vraiment été clairement établi par les médecins), et sa petite sœur Maggie, la cadette enfant chérie au grand cœur mais au sal caractère. Un an après la mort de leur mère, Eleanor, 35 ans journaliste au National Geographic, tombe sur une étrange lettre anonyme accusant sa mère de méfaits commis il y a 35 ans. Elle qui pensait savoir tout, ou presque du passé de sa maman et de sa rencontre avec leur père Ray, est en vérité loin du compte….

Georges-Harrison Collins, menuisier Québécois de 35 ans, fils unique d’une mère célibataire installée depuis 2 ans maison de retraite reçoit lui aussi une lettre mystérieuse l'invitant à se renseigner sur ce père absent….

 

Les secrets de famille sont ici disséminés sur des générations et dévoilés doucement au lecteur au fur et à mesure des découvertes d'Eleanor-Rigby et Georges-Harrison, deux personnages très éloignés qui vont irrémédiablement finir par se rapprocher.

Marc Levy à très bien su gérer ses révélations jusqu’au bout sans faire languir le lecteur pour autant, en entremêlant le passé et le présent de manière à nous donner une vision plus globale et nous permettre de parfaitement comprendre l'histoire et les décisions de chacun. Sur près de 500 pages on avance d’interrogations en découvertes sans déconvenues ni lenteur grâce à cette narration fluide et cette force romanesque qui vous entraînent dans ce tourbillon sans une seule fois vous faire regretter de vous y être plongé.

 

La dernière des Stanfield n'est pas mon roman préféré de Marc Levy mais il figure parmi ceux qui m'ont le plus tenu en haleine. En deux petits jours c'était bouclé, tant l'envie de comprendre l'histoire de cette famille et de voir Eleanor-Rigby soulagée du poids du secret étaient forts.

Entremêlé à l'Histoire et parcourant le monde La dernière des Stanfield s'apparente à une saga familiale mais en moins lourd. C’est aussi ça la force des Levy, cette capacité à rendre l’histoire simple sans la dénuer d'intérêt, cette manière de scénariser l’intrigue pour captiver le lecteur (quel qu’il soit) et ne jamais le perdre (et tant pis si ça manque parfois un peu de profondeur). Il y a en plus ici un petit quelque chose qui s'apparente à une enquête et qui rend le tout un peu plus exaltant et ce, jusqu'à la dernière page !

 

Au final, La dernière de Stanfield et un roman grand public qui ne m'a pas déçue, qui m'a fait passer un très bon moment et qui a même réussi à me faire sourire. Et oui, parce que les épilogues de Marc Levy me font souvent un petit quelque chose.



20/04/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres