Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

James Ellroy et Glynn Martin : LAPD'53

LAPD '53 de James Ellroy et Glynn Martin   4/5 (16-11-2016)

 

LAPD '53 (208 pages) est paru le 16 septembre 2016 chez Fantask Editions.

 

2.jpg

 

Le livre (éditeur) :

 

1953 : l'année la plus sanglante dans l'histoire de la police de Los Angeles (LAPD). Dans ce texte inédit, le grand James Ellroy restitue cette époque si particulière, commentant des images d'archives macabres et fascinantes. Quand la sombre réalité dépasse la fiction la plus noire.

 

Mon avis :

 

L’univers d’Ellroy, son obsession, sa passion :  Los Angeles. Dans sa dernière publication, Ellroy ne nous montre n’importe quelle Los Angeles, celle de 1953, et en version album richement illustré. Royal Monsieur Ellroy !

 

James Ellroy et Glynn Martin, directeur du musée de l’histoire de la LAPD depuis 10 ans, après 30 passés au service de la LAPD, nous embarquent pour une année de crimes, de suicides et d’évolution au sein de cette mythique force de police.

Les photos des archives de la police, associées au textes du maitre du polar rendent ce livre particulièrement intéressant et riche. Ce n’est pas juste un calendrier retraçant 365 jours de crimes en image, mais davantage un an de travail d’enquêteur, une année d’évolution de la police (uniforme, accessoire, politique…), un an de LAPD et une année de Los Angeles.

Pourquoi 1953 ? parce qu’il s’agit d’une année particulière sur le plan des affaires, de la diversité dans les affaires, du nombre de crimes grandissants, particulièrement exceptionnels et inhabituels.

 

C’est plus de 200 pages de photos, reportages et témoignages triés sur le volet. Et c’est près de 200 pages de récit de James Ellroy qui décortique les clichés, nous livre ses théories (ses fantasmes aussi), nous expose l’histoire de ce Los Angeles de 1953, ses habitudes, ses stigmates, ses rumeurs, sa police (dont Parker va rendre plus répressive et tenter d’éradiquer la corruption qui pullule au sein de son unité). Et Ellroy dans tout ça ? JE a 5 ans, il regarde Dragnet à la télé et se faufile dans voitures de flics. JE a aujourd’hui 67 ans et propose là un étude de société à la Ellroy.

 

« C’est en 1938 que ma mère a découverte L.A. Emballée par la ville, elle a pensé qu’elle pourrait y être heures. Elle y fut assassinée vingt ans plus tard. Bill Parker mourut huit ans après. Ciao, Guépard. Nous te devons tous plus de larmes que tu n’en verras couler. »

 

Au final même si ce sont des faits presque communs aujourd’hui, les clichés « artistiques » nous offrent un voyage dans le temps, une vision de LA macabre et totalement fascinante.

 

Lu comme un roman, cet album a quelque chose d’étonnant. On est captivé par ces photos sordides (parfois choquantes) et troublantes et l’ensemble a quelque chose d’atypique, d’abord intrigant ensuite passionnant. L’auteur crie ici sa passion pour une belle, dangereuse, paumée, glamour et hautement attirante ville des anges.

 

Fans d'Ellroy, ne passez pas votre chemin !

 



20/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 245 autres membres