Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Ingrid Desjours : La prunelle de ses yeux

La prunelle de ses yeux d’Ingrid Desjours     3.5/5 (26-11-2016)

 

La prunelle de ses yeux (402 pages) est paru le 13 octbre 2016 aux Editions Robert Laffont (collection La bête noire).

 

éééé9.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions..

 

Mon avis :

 

En commençant La prunelle de ses yeux, je n’avais absolument rien lu à son sujet. J’ai donc été de surprises en surprises et je dois dire que ces 400 pages sont passées toutes seules !

 

Il y a là un vrai climat de suspens où la violence est omniprésente et l’ambiance sombre à souhait.

La prunelle de ses yeux c’est Victor. Victor est mort à 17 ans un soir de novembre 2003. Que s’est-il passé exactement ce soir-là ? Gabriel, son père, cherches des réponses, et surtout le responsable…

 

Il faut du temps pour s’attacher aux personnages (tout en ambivalence) et c’est encore mieux. On ne sait pas vraiment à quoi s’en tenir avec eux, on doute régulièrement de leur honnêteté, on se pose beaucoup de questions sur leur véritable histoire et leur but. C’est accrocheur !

Je suis restée tout de même assez mitigée sur le personnage de Tancrède que j’ai trouvé presque caricatural tant il était détestable. Je l’ai trouvé à vomir !

Toutefois, les relations sont très bien traitées et Ingrid Desjours ne manque pas de nous surprendre autant dans les faits que dans les rapports humains.

 

J’ai particulièrement apprécié les extraits d’études (expériences psychiatriques), portant sur la capacité d’obéissance, qui entrecoupaient le récit principal, rendant ainsi la narration plus pertinente. On n’est pas simplement témoin des faits, mais d’avantage poussés à la réflexion sur notre degré de tolérance, de soumission et notre libre arbitre. Bien évidemment, l’auteure inscrit son récit dans quelque chose de plus complexe en utilisant de nombreux autres thèmes (homophobie, relation père/fils, bizutage, cécité de conversion, construction de l’élite…)  qui enrichissent bien la simple histoire de vengeance.

 

Ingrid Desjours travaille très bien son sujet et réussit à nous plonger avec un réalisme saisissant dans toutes les scènes, de la plus banales à la plus trash.

L’écriture (récit alternant 2003 et 2016) est très rythmée et on est rapidement pris par l’histoire qui laisse monter l’intensité doucement pour un final explosif. Même si j’ai trouvé la fin du roman un peu rapide à tomber, je n’ai pas été déçue du tout.

 

 

En bref : voilà donc un nouveau Desjours à ne pas manquer !

 



06/12/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 253 autres membres