Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Gillian Flynn : Nous allons mourir ce soir

Nous allons mourir ce soir de Gillian Flynn  4,75/5 (25-10-2016)

 

Nous allons mourir ce soir (96 pages) sort le 3 novembre 2016 aux Editions Sonatine (traduction : Héloïse Esquié)

 

0.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d’expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine. Lorsqu’elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l’aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l’habite désormais ?

 

Mon avis :

 

Fille d’une borgne paresseuse préférant faire la manche plutôt que bosser, la narratrice finit par quitter la maison familiale avant ses seize ans et devient une professionnelle du sexe, employée par une chiromancienne comme « chargée de clientèle » à l’arrière de sa boutique.

Résultat : après 3 ans de travail 6 jours sur 7, la maladie professionnelle finit forcément par lui tomber dessus (et après 23546 branlettes, son poignet par la lâcher) l’obligeant à se recycler et à passer à l’avant de la boutique.

C’est donc en tant que voyante qu’elle rencontre Susan Burke, nerveuse et triste cliente peu commune qui ne cesse de revenir chercher de l’aide de plus en plus désespérée….

 

Alors que la narratrice (dont on ne connaîtra jamais le nom) se lance dans cette histoire avec un ton détaché, une pointe de cynisme, en usant d’un langage familier (et une bonne dose d’ironie), donnant une sorte de comique à son récit, la tension tombe d’un coup sur le lecteur (affectant estomac, palpitant et imagination) au contact de cette demeure et de Miles, le jeune garçon inquiétant qui y habite.

Celle qui ne croyait pas du tout en ces trucs de bonnes femmes, celle qui manipulait avec brio ces femmes aisées venues chercher un peu de réconfort, se retrouve (et nous aussi) peu à peu anxieuse, troublée…Et si le pire restait à venir ? oui mais pour qui ? Et le meilleur dans tout ça ? allez savoir, tout dépend de quel côté on se place !!!

 

Moins de 100 pages, moins de 100 petites pages, et vous passez par presque toutes les émotions. Gillian Flynn est très forte et confirme avec cette nouvelle à quel point elle excelle dans l’art du dénouement. Ou comment manier les rebondissements et les révélations avec brio.

Nous allons mourir ce soir est incisif, noir et très, très bien narré. Juste parfait !!

De quoi nous faire patienter jusqu’à son prochain (et plus gros) roman.

 



01/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres