Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Benoit Minville : Les belles vies

Les belles vies de Benoit Minville   5/5 (30-11-2016)

 

Les belles vies (233 pages) est paru le 5 octobre 2016 dans la collection Exprim' des Editions Sarbacane.

 

3.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Vasco et Djib sont inséparables depuis leur naissance. Turbulents, pas vraiment délinquants, ils cumulent les bêtises plus ou moins graves, les rires et les bleus. Vasco est en CFA BTP, Djib passe en première S.
Leur dernière rixe est pourtant celle de trop… Afin de leur mettre du plomb dans la tête, leurs parents décident d’employer les grands moyens : ils envoient les deux ados dans la Nièvre, le temps d’un été chez un ami du père de Vasco, entrepreneur local qui propose ses services comme famille d’accueil pour la DDASS. C’est dans cette campagne éloignée de tout, France profonde dont on parle peu, qu’ils vont rencontrer et se confronter à une autre forme de jeunesse : celle des enfants élevés par celle que tous surnomment « Tata », une femme qui accueille des enfants places et donne sa vie aux autres. 

 

Mon avis :

 

Cet été passé dans la cambrousse de la Nièvre a été pour moi un bonheur !

 

Les personnages des Belles vies sont vrais et authentiques et rendent ce roman très très très touchant.

Du « cassos » à la petite frappe de banlieue, en passant par le bouseux de la campagne, l’enfant de la DDASS, le jeune en colère prêt à casser la gueule au premier venu ou l’adolescente allumeuse qui se cherche, il n’y a là absolument aucun cliché !

Au contraire ce sont des personnages tout en nuances et en complexité que l’on voit évoluer et que l’on suit avec beaucoup d’intérêt et d’affection.

Benoit Minville saisit avec justesse et réalisme les personnalités de chacun et avec beaucoup de sincérité nous livre leur vie, souvent très lourde à porter et difficile à ajuster. Il y a dans cette histoire de vacances plus de profondeur qu’on imagine et néanmoins assez d’humour et de légèreté pour apprécier chaque page tournée sans sombrer dans la morosité.

 

Les belles vies est un roman positif. Les ados se cherchent, se trouvent, grandissent, apprennent à se connaître et à cohabiter. Ça ressemble à une colonie de vacances version personnages cabossés et hauts en couleur. Et puis quand un « toss » et un « black » débarque dans la France « profonde », ça donne pas mal d’étincelles mais au final beaucoup de lumière ! Une belle leçon de tolérance et de respect à mettre entre toutes les mains, d’autant que l’auteur nous épargne un pathos larmoyant et un enjolivement inutile et lourd.

 

J’ai vraiment adoré ce texte ! La plume de Benoit Minville est naturelle, sans chichi (il appelle un chat un chat) et pas pour autant dénuée de sensibilité, d’émotions et de poésie. Le quotidien simple de ces jeunes et de leur « tonton » et « tata » au grand cœur est conté avec force et douceur, le tout dans une atmosphère joyeuse et révoltée d’adolescents en ébullition.

 

2.jpg 9.jpg



06/12/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 244 autres membres