Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Zep, Lewis Trondheim, Olivier Vatine et Dominique Bertail : Infinity 8 (Comics)

Infinity 8  (Comics) de Zep, Lewis Trondheim, Olivier Vatine et Dominique Bertail  4/5 (29-11-2016)

 

Le premier Comics de la série Infinity 8  (36 pages) est paru le 5 octobre 2016 aux Editions Rue de Sèvres.

 

9.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Scannant sans vergogne les mâles de toutes espèces à la recherche du géniteur qui lui offrira descendance de compétition et retraite anticipée, Yoko Keren prend son travail d'agent un peu par-dessus la jambe. C'est pourtant sur elle que tombe l'honneur de se voir confier par le Capitaine de l’Infinity une mission qui initiera la mythique procédure 8 : un amas d’artefacts de type inconnu bloque l’avancée du vaisseau ; l’agent Keren dispose de 8 heures pour en découvrir la source.

 

Mon avis :

8.jpg

8 agents, 8 missions, 8 robots temporels pour dévoiler la vérité et sauver L’infinity 8.

Infinity 8 est une série en huit tomes à découvrir à partir de janvier 2017 (les parutions devraient s’étaler jusqu’à mars 2018) et dont les deux premiers volumes seront publiés en comics du 5 octobre au 30 novembre 2016.

Le principe : un space opéra pop et pulp à bord de l’infinity 8, piloté par Olivier Vatine et Lewis Trondheim. Chaque tom est écrit par ce dernier, accompagné d’un scénariste de l’Infiniteam, puis mis en image par un dessinateur (sous la direction artistique d’Olivier Vatine).

 

 

9.jpg 7.jpg 5.jpg

Infinity 8 (volume 1), comics 1, 2 et 3, Romance et Macchabées :

Le premier comics, c’et 30 pages d’histoire et quelques pages de bonus qui présentent des personnages principaux, la série (makking of, carnet de bord…) et de la pub, comme pour de vrai (recrutement pour l’Infinity 8 par exemple).

Après la lecture de ce premier comics, difficile de vous en dire beaucoup sur l’histoire. Ça met l’eau à la bouche, c’est indéniable, comme tout bon feuilleton, et le ton est clairement posé : SF, femmes et humour.

On n’a qu’une envie, sauter sur le second volet !

La suite se mange tout aussi bien et je dois dire que la parution sous forme de Comics à quelque chose de très addictif. Je me suis régalée avec ce premier volume et j’ai beaucoup aimé l’humour et l’intrigue (même sans être spécialement fan de Science-Fiction) qui se lit super bien.

 

J’ai donc enchaîné avec le premier comics du second volume de la série : Infinity 8 (comics 4,5 et 6) : retour vers le Fürher.

 

0.jpg
On se retrouve bien à bord de l’Infinity 8 avec quelques personnages récurrents, mais de nouveaux protagonistes font leur entrée, dont l’agent Moonkicker (qui prend la place de l’agent Yoko Keren, du premier tome).

Les illustrations changent beaucoup mais le ton des répliques reste le même. Je regrette de ne pas voir les deux autres comics sous la main pour finir ce deuxième tome…

  2.jpg

Je dois dire que ces deux premiers tomes (même si je n’ai fait que débuter le second), sous forme de comics, m’ont beaucoup plu.  Le concept est exploité jusqu’au bout et l’humour se marie super bien au thème SF. Il y a un côté décalé qui m’a vraiment enchantée et sans quoi je pense que je n’aurais certainement pas autant accroché. Je ne suis pas trop SF, vaisseaux, galaxie… mais avoir des personnages féminins comme protagonistes (et qui sauvent l’Infinity 8), ça change, associé à des répliques qui dépotent, je valide à 100%.

 

 

Seul regret, évidement, ne pas avoir le comics 5 et 6 pour poursuivre l’aventure illico presto.



13/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres