Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Patrick Bard : Et mes yeux se sont fermés

Et mes yeux se sont fermés de Patrick Bard   4/5 (03-08-2016)

 

Et mes yeux se sont fermés (208 pages) sort le 25 août 2016 aux Editions Syros.

 

0.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

A priori, Maëlle n’est pas différente des autres filles de seize ans. Cette année-là, elle passe de plus en plus de temps sur Facebook, abandonne le sport, modifie sa façon de s’habiller, quitte son petit ami… Sans hésitation ni compromis, elle prend un virage à 180 degrés. C’est pour, croit-elle, sauver le monde, qu’elle rejoint l’organisation Daech. Un an plus tard, Maëlle revient pourtant de Syrie.

 

Mon avis :

 

Voilà un roman qui risque de faire un peu de bruit, ou en tout cas qui mérite d’être particulièrement mis en avant en rayon jeunesse des librairies et en bibliothèque.

Patrick Bard évoque le parcours de Maëlle, toute jeune maman de 16, revenue de Syrie il y a peu, à travers son récit et celui de ceux qui l’entourent ou l’ont croisée au tournant de sa vie (son ancien petit ami Hugo, sa sœur Jeanne, sa mère Céline, son mari Redouane, ses amies, son ancien professeur…). Aujourd’hui Maelle Le bihan est Ayat.

« Je suis veuve, deux fois veuve, et je n’ai que seize ans. Mon premier mari a été pulvérisé par une roquette avant que j’aie eu le temps de le rencontrer. Ils ont tué le second quand nous avons fui la Syrie ensemble." Page 12

 

Avec des mots simples et une narration efficace (qui va à l’essentiel), Patrick Bard parle de ceux qui partent, ces français que rien ne prédestinait aux combat syriens, ces jeunes ado (encore enfants) cherchant un idéal et qui se retrouvent embrigadés dans quelque chose qui les dépasse : le Jihad. Totalement d’actualité, Et mes yeux se sont fermés permet de mettre des mots, d’essayer de comprendre comment, pourquoi de telles choses arrivent. Sans absolument pas être une enquête ou un reportage, ce récit fictif reste d’un réalisme frappant (l’auteur s’est documenté et permet ainsi d’appréhender son récit avec toute la puissance émotionnelle qu’il se doit).

 

Ce texte d’adresse principalement à des jeunes (dès 14 ans) mais je n’ai à aucun moment été dérangée par un quelconque aspect jeunesse (moi qui approche des 40). Au contraire, j’ai tout de suite été embarqué dans la narration et été plus d’une fois bousculée par les sentiments contradictoires que cette histoire dégage et que les différents protagonistes-narrateurs exposent à travers leur témoignage (entre empathie, contestation, incompréhension et désolation, tristesse, inquiétude et révolte).

« J’avais l’impression de me réveiller d’un long sommeil en forme de cauchemar, grâce aux sœurs. Désormais, je pouvais reconnaitre les conspirateurs sataniques à la télé rien qu’en les regardant. Bush, par exemple. Ou Sarko. Ils ont une rétine de serpent. Ça prouve. Avant, ces gens-là, c’étaient rien que des serpents qui invoquaient le Diable. Puis ils ont pris forme humaine. » Page 55

 

Lorsqu’on entend à la télé avec quelle facilité ces jeunes (pourtant sans problèmes) décident de s’engager dans le Jihad (pour une cause qui leur était quelque mois plus tôt totalement étrangère), on peine à y croire. Et mes yeux se sont fermés permet de saisir le cheminement et surtout la force de l’endoctrinement dont ils sont victimes. Patrcick Bard, pour appuyer ce point, a choisi un personnage au caractère fort et qui est loin d’être une enfant à problème (même si le divorce de ses parents aura été difficile pour elle).   C’est par le biais des réseaux sociaux (Facebook) qu’ils sont travaillés et par lequel le lavage de cerveau opère. Avec une facilité déconcertant, d’ailleurs.

Durant la lecture, j’ai été particulièrement choquée et terrifiée par cette aisance à toucher le point sensible, à trouver la faille chez l’ado leur permettant d’en faire leur jouet, les contraignant à entreprendre cette terrible destinée.

« Je me suis fait la réflexion que, en fait, juste en mettant un peu de vérité dans beaucoup de mensonges, c’était facile de les faire avaler, y compris à des gens intelligents. » Page 142

 

Et mes yeux se sont fermés est un texte fort, un roman de société qui ne laisse pas indifférent.  A lire et à faire découvrir à tous les ados.



25/08/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres