Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Mehdy Brunet : Sans raison...

Sans raison... de Mehdy Brunet     3/5 (29-01-2017)

 

Sans raison... (274 pages) est paru le 27 avril 2015 aux Editions Taurnada

 

6.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Je suis dans cette chapelle, avec ma femme et mes deux enfants, je regarde le prêtre faire son sermon, mais aucun son ne me parvient.
Je m'appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend.
Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d'assister, impuissant, à la naissance d'un prédateur.

 

Mon avis :

 

Bon bien, on peut dire que Mehdy Brunet frappe fort pour son premier roman.

 

Une femme enceinte et sa fille, kidnappées, séquestrées et torturées. Les vidéos envoyés au mari sans raison… Les corps des deux victimes retrouvées après quelques jours, transformant à jamais Josey kowalsky ce gentil père de famille, en terrible prédateur prêt à tout pour retrouver les bourreaux et les faire payer. Aidé par son père Aleksander, ancien rugbyman de 55 ans, et son grand père Adrian (ancien agent de la police secrète et employé à l’ambassade de Pologne en France jouant sur deux tableaux), Josey va enquêter et se lancer dans une chasse à l’homme sans merci, tandis que la police tente de faire son travail, compliquant ainsi celui de ce père de famille anéanti.

 

Quand on a le cœur bien accroché, cette lecture passe toute seule. Le rythme est haletant et la narration fluide. On est à la fois embarqué par le leitmotiv de Josey (touché par sa souffrance et gagné par le même désir de justice) et motivé par le désir de comprendre de tels actes.

Si après coup, les raisons me semblent assez évidentes, je dois dire que durant ma lecture je n’ai pas vraiment vu venir le dénouement et les raisons qui ont poussé les responsables à l’enlèvement de ces deux victimes.

 

Sans raison… est un bon thriller assez gore qui toutefois a manqué de crédibilité et de densité. C’est par moment un peu gros et expéditif mais bon pour un roman de ce genre de moins de 300 pages, l’ensemble est assez homogène et embarque bien le lecteur jusqu’aux dernières pages sans véritable déception.



15/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres