Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Maxence Fermine : Le syndrome du papillon

Le syndrome du papillon de Maxence Fermine    2,5/5 (28-10-2016)

 

Le syndrome du papillon (252 pages) est paru le 13 octobre 2016 aux Editions Michel Lafon.

 

1.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Hugo Mars, 17 ans, n'est pas un adolescent comme les autres. Atteint d'un mal étrange, le syndrome du papillon – il est incapable de faire des choix –, il est interné en hôpital psychiatrique après avoir voulu sauter d'une fenêtre du lycée. 
Mais la vie est parfois surprenante. Car c'est justement dans cet établissement pourtant réputé difficile qu'il fait la plus belle rencontre de son existence. Celle de Morgane Saint-James, une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux verts perçants, gothique et lunaire, qui ne s'intéresse qu'aux génies. 
Hugo tombe aussitôt sous son charme et, grâce à sa compagnie, reprend peu à peu goût à la vie. 
Mais un jour la jeune fille quitte l'hôpital sans laisser d'adresse, et Hugo décide de la retrouver coûte que coûte. S'ensuit alors une folle odyssée dans Paris, à la recherche de cette fleur sauvage qui a su apprivoiser son cœur.

 

Mon avis :

 

Je me faisais une joie de me replonger dans l’écriture de Maxence Fermine, malheureusement cette lecture classée jeune adulte est loin d’être à la hauteur de ses précédentes publications.

 

On ne retrouve dans Le Syndrome du Papillon ni la poésie ni la magie qui m’avait plu précédemment.

Il s’agit ici de l’histoire, ou plutôt d’un court épisode de l’histoire d’Hugo mars, un ado de 17 ans interné en hôpital psychiatrique afin de guérir d’un épisode dépressif (et de grande rébellion) lié au Syndrome du Papillon, un mal qui le laisse dans un état d’hésitation constant et  ne lui permet pas de de faire des choix.  A Graceland, il fait la connaissance de Zach, un adulte d’une vingtaine d’année qui en est à sa 17ème tentative de suicide en 3 ans, et surtout Morgane St James, une jeune fille  atteinte du Syndrome d’Asperger. C’est le coup de foudre et la révélation de sa vie  et lorsqu’elle quitte l’hôpital, Hugo ne peux s’empêcher de s’évader pour tenter de la retrouver…

 

Bon, dit, comme ça, l’histoire semble assez plan-plan ou vue et revue… mais dans le fond, Le syndrome du paillon traite de sujet liés aux troubles mentaux (autisme, dépression, Asperger…) plutôt positivement ce qui rend l’histoire plus intéressante, d’autant que les explications que l’auteur partage sont claires et permettent de mieux les comprendre.

Mais une fois arrivé à la fin, on se dit : « tout ça pour ça… ». Avec des thèmes et des problématiques aussi forts ont était en droit de s’attendre à quelque chose de moins fade et de plus consistant. C’est dommage, il ne s’agit là que d’une tranche de vie survolée (certes importante) et livrée par un ado (avec son parlé qui rend la forme moins agréable et presque lourde), pleine de clichés et sans charme.

Cette histoire d’amour est mignonnette mais sera vite oubliée car ni le fond ni la forme ne m’ont vraiment conquise. Dommage.



06/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres