Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Kimberly Mc Creight : Amelia

Amelia de Kimberly Mc Creight  3,75/5 (29-07-2015)

 

Amelia (528 pages) sort le 27 août 2015   dans la collection « Ailleurs » des Editions Cherche Midi (traduction : Élodie Leplat).

 

couv12414616 (107x173).jpg

 

L’histoire (éditeur) :


À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. En dépit d'un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l'écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. C'est en tout cas ce que croit Kate, jusqu'à ce matin d'octobre où elle reçoit un appel de l'école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu'elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d'ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amelia a sauté du toit de l'établissement.
Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours ? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d'accepter l'inacceptable... Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : « Amelia n'a pas sauté. »
Obsédée par cette révélation, Kate s'immisce alors dans la vie privée de sa fille et réalise bientôt qu'elle ne la connaissait pas si bien qu'elle le pensait. À travers les SMS, les mails d'Amelia, les réseaux sociaux, elle va tenter de reconstruire la vie de son enfant afin de comprendre qui elle était vraiment et ce qui l'a poussée à monter sur le toit ce jour-là. La réalité qui l'attend sera beaucoup plus sombre que tout ce qu'elle avait pu imaginer.

Mon avis :

 

Le 24 octobre, Kate, une avocate en pleine réunion professionnelle, reçoit un appel du CPE de Grace Hall la priant de venir chercher Amelia qui vient de se faire renvoyer temporairement du collège. Passée la surprise d’entendre que sa fille, élève habituellement sage, brillante, réfléchie et consciencieuse, aurait pu faire quelque chose de suffisamment grave pour être renvoyée, Kate prend ses jambes à son cou et tente d’arriver le plus rapidement possible. Une fois, sur place, elle se retrouve confrontée à une foule de policiers et pompiers entourant le corps sans vie d’un élève, celui d’Amelia, tombée du toit de l’établissement.

Un mois plus tard, l’affaire est classée et Kate se force à reprendre le travail malgré la peine insurmontable, le profond sentiment de responsabilité et l’idée constante qu’Amelia n’aie pas pu mettre fin à ses jours. Malgré tout, elle essaye de faire à cette idée, jusqu’à ce qu’un SMS anonyme vienne renouveler ses doutes : « Amelia n’a pas sauté. »

 

Construit à la manière d’un thriller psychologique, sans toutefois bénéficier de cette appellation, Amelia est un roman sur l’adolescence. Un roman fort qui soulève beaucoup d’émotions, dans lequel il est question  de la difficulté d’élever  son enfant (quand on est mère célibataire et qu’on tient à maitriser sa carrière professionnelle, à défaut d’une vie de couple accomplie), de  l’impossibilité de totalement le connaître et du malaise de l’adolescence ( la recherche de soi, le besoin d’être accepté, les bizutages et les sociétés secrètes, la méchanceté entre camarades et les rapports aux autres à un âge où rien n’est simple).

Kimberly Mc Creight  alterne les points de vue et les différents types de narration. Composé de posts de blog, messages Facebook, communication par SMS et par email et récit à la première et troisième personnes à des époques différentes, Amelia fait un peu bordel, mais bordel organisé.  Sans être perdu, on avance rapidement, attaché aussi bien à la mère qu’à la fille touchante de  vulnérabilité. J’ai trouvé les protagonistes particulièrement convaincants : Kate dans son rôle de mère perdue prise entre la douleur et la nécessité absolue de savoir et de redécouvrir sa fille, et Amelia une adolescente sensible et un peu perdue.

 

On entre très facilement dans ce récit (surtout quand on est mère) où la question du suicide plane durant toute la lecture. Touchés par la peine de Kate qui a perdu son unique enfant, sa quête devient vite la nôtre. Aidée par un nouvel enquêteur, elle est prête à toutes les actions pour connaître la vérité, autant que le lecteur qui n’arrive jamais à se faire une idée précise de ce qu’il s’est passé, car l’auteure nous  embarque dans divers spéculations.

Les rebondissements sont nombreux et croissent  à mesure que cette mère célibataire déterre les secrets des uns et des autres. Malheureusement Kimberly Mc Creight  mise peut être un peu trop sur la crédulité du lecteur en laissant Kate agir avec tant de liberté. Mis à part ce détail, j’ai trouvé l’ensemble très crédible et même si je n’ai pas adhéré aux dialogues juvéniles, je les ai trouvés plutôt assez proches de la réalité.

 

Sans partir dans tous les sens, Amelia est un roman qui gagne en complicité. Il réserve de nombreuses surprises et garde le mystère jusqu’au bout. Jetant constamment la confusion dans l’esprit de Kate et du lecteur,  Kimberly Mc Creight  nous fait vivre les derniers jours d’Amélia entre malaise et addiction.

Fascinant, ce drame se lit presque comme un thriller, tant l’auteure maîtrise le suspense. Dans un contexte d’adolescent cruels et égocentriques entourés d’adultes égoïstes abonnés aux mauvais choix, Amelia offre la vision d’une mère célibataire qui a toujours essayé de faire au mieux et celle d’une jeune fille de 15 ans un peu trop seule pour arriver à faire face à l’angoisse de l’adolescence. Il prouve qu’il est bien difficile de parfaitement  connaitre son enfant. 

 

logo2015 (173x173).jpg



25/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 253 autres membres