Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Karine Giebel : Purgatoire des innocents

Purgatoire des innocents de Karine Giebel   5/5 (10-05-2013)

 

Purgatoire des innocents (594 pages), dernier roman de Karine Giebel, est disponible depuis le 7 mai 2013 aux Editions Fleuve Noir, collection Les Noirs.

Site de l’auteure ici

 

 

L’histoire (éditeur) :

 

Je m'appelle Raphaël, j'ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang.  Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre ou Will pourra reprendre des forces. 

Je m'appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là...

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. 

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit...

 

Mon avis :

 

Bon, par où commencer ? Pas évident… D’abord par vous mettre en garde sans doute : si vous ouvrez ce livre, vous vous lancez dans l'horreur. Et encore, je me dis que le terme est encore trop soft.  Pour ma première rencontre avec Karine Giebel (et oui, je n’avais encore jamais lu l'un de ses livres, et ce n’est pourtant pas faute d’en avoir dans ma PAL…) je dois dire que j’en ai pour mon compte ! Wouahhhhhhhhhhhhhhhh !

 

Un petit (tout petit) mot sur l’histoire : Raphael Orgione est un braqueur professionnel de 43 ans (dont 14 passés en prison). Son dernier casse, préparé et orchestré avec son petit frère William et deux autres acolytes, tourne mal : il y a deux morts et William est gravement blessé. Impossible de suivre le plan (malgré les millions de bijoux dérobés), il faut trouver une planque. C’est dans l’Indre qu’ils trouvent ce qu’ils pensent être un refuge. Il mettent la main sur une vétérinaire (Sandra) qu’ils séquestrent chez elle en échange de soins pour remettre sur pieds William. Seulement, au bout de quelques jours la tension monte dans le petit groupe et surtout le mari de Madame (gendarme) est sur le point de rentrer à  la maison. plutôt que de prendre la fuite, Raphael choisit de rester sur place. Mais cet homme qui arrive, un peu vieux et d’apparence frêle, est loin d’être un otage fragile et docile…

 

« - Ici, c’est la maison du Diable. Personne n’en sort vivant. Personne. » Page 311

 

Les 200 premières pages, déjà pas mal sous tension, anticipent et annoncent l’horreur à venir (des petites phrases, des sous-entendus…et le suivi du prédateur).  Le lecteur est de plus en plus  stressé et inquiet sans trop savoir pour quoi ni pour qui. Karine Giebel prépare notre entrée (tout comme celle des personnages) en enfer. Rien ne se passe comme prévu pour les deux frères. Entre le destin qui met des flics sur leur route, une fusillade, une maison incendiée, deux complices douteux, une étrange captive, un mari sans âme, et surtout tellement de mauvaises décisions…forcément rien de va plus. Tout cela donne un roman carrément explosif ! Une bombe d’horreur.

 

J’ai adoré ce livre. L’intrigue tellement abominable, la relation des deux frères…tout tout tout est parfait. Purgatoire des innocents est un roman dans la lignée Des nœuds d’acier de Sandrine Collette où le malfrat devient l’arroseur-arrosé, mais en pire (tellement pire). Vous pensez avoir atteint le paroxysme de l’horreur et bien vous vous trompez. Karine Giebel réserve encore de terribles surprises. On assiste impuissants à une déferlante de violence physique (et psychologique). L’espoir se transforme vite (et bien souvent) en désespoir.  

 

Les révélations, les retournements de situation (ou tentatives) relancent sans cesse l’intrigue qui alors ne souffre pas de longueurs. C’est super bien écrit. Le style fluide, les changements de points de vue, le découpage, le scénario sans faille et les retours dans la vie des deux frères m’ont beaucoup plu. Leur histoire et la force de leurs liens sont impeccablement exposées. Ils donnent du corps (et du cœur) à l’intrigue. Ces malfrats sont durs, violents, déterminés, mais sans aucun doute loin d’être aussi mauvais en comparaison (sont-ils vraiment mauvais d’abord…). Au fil des pages, un lien se crée entre eux et le lecteur, une espèce d’attachement qui m’a donné un pincement au cœur au moment de refermer le livre. La relation qui unit Raphael et William est très bien arrangée, décrite et développée. D’un autre côté, il y a Sandra, un personnage tellement énigmatique. Les sentiments vis-à-vis d’elle, comme ceux des Orgione, évoluent tout le long du roman. Il est très difficile d’avoir une opinion franche et précise à son sujet.

 

Bref, vous l’aurez compris, l’esprit du lecteur réfléchit, travaille, espère beaucoup, tente d'anticiper. Mais c'est peine perdue : vous êtes dans l'angoisse absolue ! C’est du grand art !!!!

 

Amis lecteurs avertis, Purgatoire des Innocents est un roman noir, stressant et super violent (vous êtes prévenus). Mais c’est avant tout un super thriller (pour les amateurs du genre). Un coup de cœur pour moi !

 



10/05/2013
28 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 245 autres membres