Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Ben Hatke : Zita, la fille de l'espace 1

Zita, la fille de l'espace, tome 1 de Ben Hatke   4,75/5 (29-10-2013)

 

Zita, la fille de l'espace (192 pages) est paru le 16 octobre 2013 chez Rue de Sèvres de l'Ecole des Loisirs.

 

images (127x173).jpg

 

L'histoire (éditeur) :

 

Zita et Joseph jouent dans les bois quand ils trouvent un étrange appareil qui projette Joseph dans la galaxie. Pas le choix, Zita ne peut que suivre le même chemin pour tenter de sauver son ami. Elle se retrouve sur Sciptorius, étrange planète peuplée d'espèces multiformes, menacée de destruction par un astéroïde géant. Zita n'a que trois jours pour mener à bien sa mission : retrouver Joseph et rentrer sur terre !

 

Mon avis :

 

Deux BD en presque un mois, incroyable, non ? Deviendrai-je fan… Pas encore... C’est que le champ d’exploration est vaste et que je n’en maîtrise pas encore tous les rouages (j’avoue avoir encore un peu de mal avec certains dessins…). En tout cas, si Rue de Sèvre, la nouvelle maison d’édition (spécialistes de bandes dessinées) du groupe l’Ecole des loisirs, continue à me faire parvenir ses publications, je risque bien de prendre goût à cette catégorie littéraire. Alors merci à eux de me permettre de découvrir tout ça et de me faire mon éducation en la matière !

 

Après Giacomo Foscari, c’est au tour de Zita de m’accompagner dans une après-midi détente et d’évasion en images. Je passe donc du Japon (de Mari Yamazaki) aux Etats Unis, avec  Ben Hatke. Attention, n’allez pas vous imaginer que l’auteur nous entraîne dans l’Amérique du nord avec une histoire de petite fille pétillante mais classique. Oh que non ! L’auteur est peut être américain, mais il voit large et nous ballade ici dans un autre système solaire,  voyez-vous !

 

images (1).jpg     images (2).jpg  

 

L’histoire est très chouette et pétillante. Joseph et Zita, des gamins d’une dizaine d’années (si ce n’est pas moins) tombent sur un cratère où traîne une drôle de télécommande. Pas n’importe laquelle, puisqu’elle ouvre une porte vers une autre galaxie dans laquelle est happé Joseph bien malgré lui. Ni une, ni deux, Zita se lance à sa poursuite. La voilà confrontée  à des populations plus qu’étranges vivant leurs derniers jours, avant qu’un astéroïde ne vienne s’écraser sur leur planète. Mais rien n’effraie Zita (enfin, si un peu quand même..), elle est prête à tout pour retrouver Joseph, et elle n’a que trois jours pour ça. C’est parti pour une aventure faite d’action, de rencontres, d’amitié, de coups bas, de suspens et de péripéties.

 

Je me permets (encore !) de vous parler un peu du support et en particulier du format, dont la taille se situe à mi-chemin entre le roman et la BD classique grand format (15 par 21 cm pour être précise), je suis définitivement fan de ce format qui rentre parfaitement dans ma bibliothèque (détail technique qui a son importance quand on multiplie les livres mais pas l’espace…) mais qui a surtout l’avantage de rentrer également facilement dans mon sac (mi sac à main de femme mi sac à Mary Poppins !). Autre atout : sa couverture. Elle est souple, costaude, et jolie. Non, mais elle n’est pas belle cette jeune Zita, avec sa cape verte et son sourire malicieux ?

 

Véritable aventurière en culotte courte (aussi courageuse qu’un Indiana Jones ou un Han Solo), un peu espiègle, et franchement déterminée, Zita devient vite une héroïne attachante, que les petits comme les grands prendront plaisir à suivre dans des aventures pleines de drôles de compagnons (Pipeau, Mulot, N°1, Gros Costaud, Randy le Robot..), et dans un monde où les gentils ne sont pas toujours gentils et où les méchants ont un peu de gentillesse à revendre (tiens, ça ressemble à chez nous ça…).

 

Enfin bref, Zita, la fille de l’espace c’est surtout une histoire pleine de rebondissements qui illustre joliment de belles valeurs (entraide et tolérance) et  qui montre l’importance et la force de l’amitié. Cette bande dessinée de science-fiction m’a totalement séduite. Ben Hatke signe avec Zita un  premier roman graphique aux dessins simples mais suffisamment étoffés pour nous permettre de déceler les émotions des caractères. Les illustrations, comme les textes, sont accessibles à un public jeunesse (dès 8 ans, je pense sans souci).  

Vite, vite, je veux maintenant la suite (prévue en France en 2014) !

 

Quelques info :

Site du livre :  Zita space Girl et auto-présentation de l’auteur  :

1044401_478732085551822_1035869502_n (208x250).jpg




La suite :

couverture-zita-tome-2 (126x173).jpg



30/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 244 autres membres