Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Alexandre Boussageon : Porté disparu

Porté disparu, l’étrange destin de Joshua Slocum d’Alexandre Boussageon  3,75/5 (08-06-2016)

 

Porté disparu (160 pages) est paru le 11 mai 2016 aux Editions Paulsen, dans la collection Exploration.

 

0.jpg

 

L’histoire (éditeur) :

 

Sa vie fut un roman de la fin du XIXe siècle. Embarqué comme mousse dès l’adolescence, en 1860, il devint capitaine armateur. Des bateaux, il en a construit ; des naufrages, il en a connu, des tempêtes, il en a essuyé à travers toutes les mers ; des mutineries, il en a maté. Il a vécu les heures de gloire d’une marine marchande pour qui commerce rime encore avec aventure.

 

Mon avis :

 

« Capitaine de trois-mâts, coureur d’océans, meneur d’hommes, Slocum a foulé les grands caps, fréquenté d’inaccessibles détroits, tutoyé les hautes latitudes, subi les calmes équatoriaux. Il connaît la mer, ses joies, ses pièges. Mais que sait-il de la solitude absolue du grand large, celle qui transforme les flots en insondables désert dont l’homme scrute la surface infinie dans la recherche désespérée du moindre signe de vie animale ? » Page 14

 

1895, Joshua Slocum se lance dans le premier tour du monde en solitaire. Porté disparu est son histoire.

Ile de Brien, à la pinte occidentale de la Nouvelle Ecosse. Issu d’une famille de 11 enfants (dont il est le 5ème arrivée), Joshua quitte l’école à 10 ans, obligé par son père de le rejoindre au travail de bottier. En secret, il travaille le bois pour une maquette de voilier, rêve d’une vie meilleure, ailleurs…et à 16 ans, il quitte l’atelier paternel pour la mer avec dans son balluchon quelques linges et le traité de navigation de John William Norie, et tant pis s’il n’a pas d’expérience. L’aventure commence !

Je m’arrête là, sinon le roman y passe et comme ne fait que 160 pages, ça serait dommage !

 

Porté disparu est une histoire hors du commun qui illustre le courage, la ténacité, la passion de la mer (et surtout de la navigation) et le goût pour aventure.

Joshua Slocum était un homme attiré par la mer plus que par le but que ses voyages pouvaient apporter. Heureusement que c’était un homme de poigne qui savait rebondir parce qu’il a essuyé de nombreux échecs et de folles mésaventures.

Il connaît le deuil, la difficulté à trouver un bon équipage fiable (qui se fait de plus en plus difficile), une vie de famille cahotée, la maladie, les avanies, les avaries et le monde qui change et se modernise (l’arrivée de la vapeur est une avancée majeure dans le monde de la navigation mais une fâcheuse progression pour les amoureux de la voile qui voient leurs cheminées remplacées de plus en plus par des mâts).

 

Porté disparu est une biographie directe, concise et centrée sur l’essentiel. Alexandre Boussageon donne ici l’occasion de se pencher sur un destin fort. Il ne s’éloigne pas du tout de la réalité en brodant de quelques manières l’inconnu. Au contraire, certains aspects restent du coup peu (voir pas du tout) abordés (les archives n’étant malheureusement pas complètes), comme notamment cette traversée en solitaire que j’aurais aimé vraiment davantage découvrir et vivre.

Trop court, mais bien construit (l’utilisation du présent est très agréable), Porté disparu a été une lecture (loin de celle que je lis habituellement) plaisante et surprenante. Joshua Slocum aura été un homme très étrange, habité par un fanatisme impressionnant, que je suis contente d’avoir croisé.



23/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres