Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Libre-R et associés : Stéphanie - Plaisir de lire

Alex Cousseau et Charles Dutertre : Louison Mignon contre le bandit aux feuilles mortes

Louison Mignon contre le bandit aux feuilles mortes d’Alex Cousseau (auteur) et Charles Dutertre  (illustration)  4/5 (08-07-2015)

 

Louison Mignon contre le bandit aux feuilles mortes (32 pages), deuxièmes épisodes des aventures de Louison Mignon, sort le 9 septembre 2015 aux Editions Rouergue.

 

9782812608865 (148x173).jpg
 

L’histoire (éditeur) :

 

La chienne de Papé a grandi. Louison Mignon a grandi un peu aussi pour ce second rendez-vous. Cette fois, il y a un bandit cow-boy (le grand-père) qui a reçu comme instruction de ramasser les feuilles mortes. Louison, le chien "poney" et le grand-père s'inventent des personnages, des rôles pour une mise en scène autour du vieux tracteur. Mais le shérif (la grand-mère) veille au grain et s'avèrera d'une complicité savoureuse.

 

Mon avis :

 

Louison Mignon c’est une tranche de vie toute mignonne.

C’est Louison, 6 ans et demie, chez Mamé Albertine et Gaston, dit Papé.

C’est un tracteur en panne depuis des lustres  (ce qui énerve Mamé qui devient alors le Shérif en prenant une grosse voix pour râler) et qui sert à la fabrication d’une cabane.

C’est quand papé, sensé ramasser les feuilles mortes, préfère faire une partie de cowboys/indiens avec Louison.

C’est un joli moment de jeux, de complicité et de tendresse avec son papi, sous le regard (et la grosse voix) du shérif qui, dans sa cuisine, garde un œil sur les deux « enfants » et le sourire aux lèvres. Le sourire d’une mamie qui râle peut être beaucoup mais d’une mamie gâteau malgré tout.

 

Louison Mignon et le bandit aux feuilles mortes est une petit album (17 par 20 cm) des éditions Rouergue qui présente sur chaque double page et sous un coup de pinceau large et principalement noir, la tendresse et la simplicité d’un moment passé avec papi et mamie, un tracteur en panne et les feuilles morts pour décors.

Les dessins m’ont beaucoup plu car la simplicité domine. Les quelques touches oranges  et jaunes présentes à chaque page viennent casser le sentiment d’austérité qu’aurait pu dégager les dessins en noir et blanc. L’ensemble est  vif, loin d’être triste, sans superflu, énergique et attire l’œil. L’intérêt du jeune lecteur est capté et maintenu  grâce aux dessins plein de vie et à l’histoire où la nature  et l’enfance dominent, racontée par des phrases courtes.



08/09/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres